KrISS feed 8.7 - A simple and smart (or stupid) feed reader. By Tontof
  • Thursday 02 August 2018 - 18:12

    Si vous êtes un lecteur régulier et attentif, vous avez peut‐être remarqué quelques petits changements sur le site ces dernières semaines. J’ai touché à la CSS principale du site et, comme je suis plutôt un développeur back‐end, il est possible qu’il y ait quelques effets de bord non voulus. L’idée était de reprendre en main la feuille de style principale (qui n’avait pas été écrite par moi mais par 2PetitsVerres, dans le cadre d’un concours pour créer un nouveau style au site fin 2010 / début 2011) et de commencer à mettre en place le travail de mjourdan.

    Travail technique

    • découpage de la feuille de style en plusieurs fichiers pour mieux s’y retrouver ;
    • ajout de la bibliothèque normalize.css qui permet d’effacer certaines différences dans les feuilles de style par défaut des différents navigateurs ;
    • utilisation de box-sizing: border-box; par défaut ;
    • suppression de tous les anciens préfixes CSS et utilisation d’une bibliothèque pour ajouter automatiquement des préfixes CSS pour les propriétés qui le nécessitent ;
    • utilisation de prettier pour formater les fichiers de la feuille de style principale, et de stylelint pour détecter des erreurs.

    Nouvelles icônes pour les boutons

    Nous utilisons maintenant de jolies icônes vectorielles au format SVG pour agrémenter les boutons sur le site. Elles proviennent de la collection Feather, sous licence MIT. L’avantage d’utiliser du SVG par rapport aux anciennes icônes au format PNG est double : ça pèse moins lourd et permet donc de charger la page plus rapidement, mais surtout, le rendu est plus propre pour les utilisateurs qui ont un niveau de zoom différent de celui par défaut.

    Page « À propos »

    La page « À propos » a été ajoutée selon une proposition de mjourdan. Elle permet de présenter le site aux nouveaux visiteurs et les encourager à s’inscrire. Elle met également à l’honneur des vrais gens qui font vivre le site.

    Changements sur la page d’accueil

    En haut de la page d’accueil, la première dépêche est un contenu sélectionné par l’équipe de modération qui reste pendant quelques jours en une du site. Il est ressorti de l’enquête que cette dépêche qui ne change pas souvent pouvait être vue comme une absence de nouveaux contenus sur le site et prêter à confusion. Nous adoptons un nouveau style pour cette dépêche, ce qui devrait permettre de mieux la distinguer des autres contenus.

    Nous avons également ajouté en bas de page un texte court pour encourager tout le monde à participer. Nul besoin d’être un expert pour ça, tout le monde peut apporter sa pierre à l’édifice !

    Et d’autres choses

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Thursday 02 August 2018 - 18:31

    The Log File Navigator, ou lnav en plus court, est un outil en ligne de commande pour afficher des journaux, sous licence BSD. Par rapport aux classiques cat, grep ou less, il propose quelques fonctionnalités supplémentaires :

    • il offre de la coloration syntaxique ;
    • il permet d’afficher plusieurs journaux en même temps, les lignes étant triées en fonction de la date et de l’heure à laquelle l’événement est survenu (c’est pratique pour corréler des informations entre plusieurs processus) ;
    • il offre différents modes d’affichage.

    Capture d’écran de lnav

    Lnav est un outil en ligne de commande qui permet de consulter des fichiers de journaux et de naviguer dedans, le tout dans un terminal. Il sait reconnaître différents formats de journaux (syslog, Common Web Access Log, qui est utilisé par Apache et nginx, strace, Java Logs, etc.). Cela lui permet de proposer de la coloration syntaxique sur les éléments reconnus et de trier par date d’événement les différentes lignes des journaux.

    Il sait ouvrir des fichiers compressés (gzip et bzip2 notamment) et suivre un journal actif (à la façon d’un tail -f). Il est également possible d’utiliser des filtres (pour ignorer certains messages, à la grep -v) et de réaliser des recherches pour mettre en avant une expression. À noter : il est possible d’utiliser <Tab> lorsque l’on saisit une expression, pour avoir une auto‐complétion en fonction du contenu des journaux. Les raccourcis clavier sont classiques (par exemple, g pour aller au début du fichier et G pour aller à la fin, ou encore / pour lancer une recherche, comme dans less, notamment).

    A priori, il serait aussi possible de jouer avec les journaux via des requêtes SQL. Un système de sessions permet également de conserver certaines informations d’une exécution à l’autre (les filtres par exemple). Enfin, petit plus, la barre à droite permet de voir rapidement à quels endroits du ou des fichiers il y a eu des lignes d’erreurs ou des lignes qui correspondent à la recherche en cours.

    Au final, il est appréciable de pouvoir utiliser lnav en retrouvant la plupart des réflexes issus des outils classiques, mais avec la coloration syntaxique en plus. Pouvoir corréler simplement des informations provenant de plusieurs fichiers est également très pratique. Pour les fonctionnalités plus avancées, ça viendra peut‐être plus tard.

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Friday 03 August 2018 - 10:31

    La troisième version de GIMP 2.10 est sortie début juillet et, conformément à notre nouvelle politique de sortie, non seulement elle contient énormément de corrections de bogues (trop pour que nous puissions les compter !), mais aussi de nouvelles fonctionnalités, telles qu’une rotation par rapport à une ligne d’horizon, ou l’étiquetage des polices de caractères !

    Sommaire

    Rotation par rapport à une ligne d’horizon

    Un besoin commun est celui de rendre une ligne bien horizontale dans une photographie. Typiquement, vous prenez une photo avec un horizon bien visible et souhaitez vous assurer que cet horizon soit horizontal.
    Rotation en ligne d’horizon
    Cela est désormais possible dans GIMP grâce à un bouton dans les options de l’outil de mesure, lequel réaligne la photo par rapport à la ligne en cours.
    Pour la petite histoire : cette fonctionnalité a été intégrée suite à la demande répétée de Luk, libriste de toujours, pour lequel j’ai finalement donné un peu de temps. :-)

    Chargement asynchrone des polices de caractères

    Alors que GIMP sous GNU/Linux se lance aussi vite que l’éclair (ou presque !), il s’agissait en particulier d’un problème pour GIMP sous Windows et macOS : le chargement des polices de caractères par fontconfig rendait le démarrage de GIMP lent comme un escargot asthmatique lors du premier lancement ou lorsque de nouvelles polices étaient installées. Dans les cas les plus extrêmes, on recevait des rapports de plusieurs minutes d’attente pour les personnes installant des centaines de polices (ce qui n’est pas forcément si exceptionnel dans le monde des designers graphiques, une des cibles du logiciel).

    Les polices ne bloquent donc plus le chargement du démarrage ! En revanche, on ne peut pas utiliser toute fonction nécessitant des polices (comme l’outil texte) tant que le chargement n’est pas terminé en arrière‐plan.

    Étiquetage des polices de caractères

    Il est désormais possible d’étiqueter (« taguer ») les polices de caractères, de la même manière que les brosses, motifs et dégradés. Cela fait partie de nos améliorations en cours pour rendre la gestion des ressources plus agréable (même si on a encore beaucoup de boulot !).

    Mise à jour du tableau de bord

    Le tableau de bord introduit dans GIMP 2.10.0 a connu quelques améliorations, notamment en affichant des données sur la mémoire physique utilisée et disponible.

    Tableau de bord

    Amélioration de la prise en charge du format PSD

    Même si la prise en charge du format PSD d’Adobe a énormément progressé avec GIMP 2.10.0, GIMP ne le prend toujours pas encore en charge à 100 %, notamment à cause de certaines fonctionnalités manquantes.

    Néanmoins, le format PSD peut aussi contenir une version pré‐composée du rendu final si le fichier a été sauvegardé avec l’option « Maximize Compatibility ». Il est désormais possible de charger dans GIMP cette version pré‐composée, ce qui permet de pouvoir charger l’image exactement comme attendue.
    Cela n’améliore pas le cas d’usage d’échange de fichiers de travail si vous souhaitez continuer un travail commencé dans Photoshop (en récupérant tous les calques, etc.). En revanche, c’est une grande avancée pour le cas d’usage où vous souhaitez seulement ouvrir et utiliser directement la version finale (au cas où un designer peu doué vous envoie un PSD comme version finale unique).
    Pour cela, choisissez le nouveau format « Image Photoshop (fusionnée) ».

    Autour du développement

    Nouvelles des paquets

    Cela ne concerne pas vraiment les systèmes GNU/Linux de prédilection sur ce site, mais parlons un peu de macOS ! Nous n’avions plus de paquet pour ce système d’exploitation depuis GIMP 2.10.0. Certains semblaient même croire que GIMP ne prenait plus en charge ces systèmes (comme je l’ai découvert lorsqu’on m’a interviewé sur le podcast Late Night Linux). Ce n’est pas le cas ! GIMP compile encore bien pour macOS, et d’ailleurs plusieurs personnes fournissaient déjà un paquet tiers.

    La raison pour laquelle nous n’en avions pas était simplement l’absence de nos contributeurs macOS habituels (et le faible nombre de ceux‐ci, puisque c’était plus ou moins un nombre unitaire !).
    Heureusement, un nouveau contributeur a fait son apparition et, contrairement aux autres propositions, il s’agit de quelqu’un qui accepte de travailler en équipe (ceci étant un problème, car comme je le disais, d’autres font déjà des paquets tiers, mais peu sont ceux qui essaient de s’adapter au travail en équipe).

    Je profite de cette nouvelle pour rappeler que GIMP pour Windows et macOS n’a quasiment aucun contributeur ! Si — malgré le fait que nous soyons sur LinuxFr.org — vous souhaitez voir GIMP s’améliorer sur ces plates‐formes, nous apprécierions vraiment que les intéressés contribuent du code.

    Nous rappelons qu’aucun des contributeurs récurrents actuels n’utilise ces systèmes d’exploitation, et si nous corrigeons parfois des bogues pour lesdites plates‐formes, ce n’est que par gentillesse ou parfois par ennui. Par exemple, je suis celui qui a finalement pris de mon temps pour implémenter le chargement asynchrone des polices au démarrage (puis Ell a pris la relève et a énormément amélioré au‐dessus de mon travail), alors même que je n’ai jamais vécu ce problème moi‐même ! Cela restait pourtant un des plus vieux sujets de plainte pour Windows (et même macOS dans une moindre mesure) avec probablement des dizaines de rapports, et ce depuis des années (peut‐être depuis toujours). C’était cependant assez simple à implémenter ; pourtant à part des plaintes, personne n’a jamais essayé de corriger. Je trouve cela triste. Des bogues simples (mais clairement très embêtants, voire bloquants !) comme cela, il y en a des dizaines dans GIMP sur ces systèmes propriétaires. Il serait extrêmement facile pour un programmeur avec un minimum d’expérience de rendre GIMP plus agréable dessus. À bon entendeur !

    Activité florissante et retour d’expérience des gens !

    L’activité de GIMP est vraiment saine et prospère, avec en moyenne (depuis la dernière version GIMP 2.10.2) : 22 commits par jour sur la branche principale (master) de développement et 7 commits par jour sur la branche gimp-2-10 (série GIMP 2.10.x, qui reçoit toutes les corrections de bogues et des fonctionnalités diverses en rétro‐portage).

    De manière intéressante, nous avons des retours (sur les réseaux sociaux) de gens qui croient en un renouveau de GIMP. Or, cela fait des années que l’activité de développement est si intense (ce n’était cependant pas le cas, effectivement, il y a six ans, quand j’ai commencé à contribuer) ! Clairement, la sortie de GIMP 2.10, mais surtout les sorties successives avec notre nouvelle politique de fonctionnalités, font des merveilles. :-)

    Une autre conséquence agréable que j’ai remarquée est l’attitude positive des gens. Pendant des années, on recevait énormément de critiques très virulentes et mauvaises. Et je dois dire que personnellement ce fut très dur de faire face à la méchanceté de certains. Ce n’est pas étonnant que la dépression guette beaucoup de développeurs de logiciels libres. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de ne plus avoir la force de contribuer pendant plusieurs jours (et de me poser des questions sur pourquoi je faisais du Libre) après trop d’insultes reçues.
    Dorénavant je remarque que la tendance s’est inversée. Je vois moins de remarques méchantes (ou peut‐être sont‐elles dorénavant totalement noyées derrière les louanges !) et beaucoup de gens qui nous remercient.

    Cela devient à nouveau agréable de contribuer au logiciel libre et nous met de bonne humeur ! :-)

    GIMP est déjà livré par défaut avec énormément de greffons, brosses, scripts et autres données. Parfois, il nous arrive d’en supprimer certains car nous estimons leur qualité insuffisante, ou bien parce qu’ils dupliquent une fonction faite par un autre script plus moderne, etc.

    Néanmoins, nous sommes conscients que certaines personnes souhaitent continuer à utiliser telle ou telle donnée pour une raison ou une autre (ne serait‐ce que pour garder exactement le même rendu d’une utilisation à l’autre ou pour la compatibilité de vieux scripts, etc.). C’était par exemple le cas du vieux script Alpha-to-Logo qui avait été retiré de GIMP 2.10 à cause de sa qualité médiocre. Or, il avait clairement son public puisqu’il nous a été beaucoup demandé depuis. Plutôt que réintégrer un script dont nous ne sommes pas satisfait, ce script fait donc son retour dans le paquet gimp-data-extras 2.0.4, que vous pouvez télécharger.

    Le futur de GIMP et notre financement participatif

    Le développement de GIMP bat vraiment son plein et nous annonçons régulièrement les nouveautés ou améliorations à venir sur les réseaux sociaux (par exemple ZeMarmot ou GIMP sur Twitter ; oui je sais, ce n’est pas du réseau libre !).

    Entre la prise en charge des calques de texte vertical, divers filtres de plus en plus évolués, des améliorations conséquentes de réactivité de GIMP (plus de calculs asynchrones, du MIP mapping, des discussions sur du cache plus intelligent de rendu, etc.) et bien plus, on est extrêmement heureux à l’association LILA, studio d’animation à but non lucratif qui produit le film libre ZeMarmot, d’être partie intégrante, et même moteur, de ce renouveau.
    Pour que cela puisse continuer, notre association finance ce projet collaborativement. Voici un petit aperçu de nos projets à moyen terme :

    Financement collaboratif de la gestion des extensions dans GIMP

    Récemment, nous avons un peu fait la promotion de mon développement en cours pour de la gestion avancée d’extension : chercher, installer, mettre à jour et désinstaller des extensions de développeurs tiers en quelques clics.

    Installer des extensions

    Rien de révolutionnaire techniquement, on connaît tous cela, par exemple, dans tout navigateur Web moderne ou beaucoup d’autres logiciels. GIMP, de son côté, avait des extensions mais aucun serveur de dépôt pour développeurs tiers, ni aucun système de gestion. Je travaille à changer cela. Cela pourra faire son apparition, si possible, dès une sortie de GIMP 2.10.x.

    Vous pouvez lire mon article détaillé pour en savoir plus.

    GIMP pour l’animation

    Bien sûr, je continue à travailler sur notre greffon d’animation, même si malheureusement le temps a énormément manqué ces derniers mois.

    Mais pour l’animation, il n’y a pas que cela qui nous pose problème. Améliorer GIMP avec des fichiers très gros, de dizaines voire centaines de calques est un enjeu important pour nous. Les rendus doivent aussi être le plus rapide possible pour un travail efficace. Permettre la multi‐sélection de calques pour une gestion efficace de fichiers complexes est aussi un projet sur lequel je travaille.

    Et ainsi de suite. Ce que nous développons dans GIMP est en fait bien moins spécifique que ce que certains semblent penser, et est extrêmement utile, voire primordial, pour la plupart des professionnels ou amateurs éclairés.

    GIMP 3 : un nouveau monde

    En parallèle, je travaille beaucoup sur GIMP 3, dont les possibilités sont excitantes. Déjà, je suis celui qui travaille sur la prise en charge des écrans haute densité (j’étais déjà celui qui avait apporté une prise en charge « minimale » dans GIMP 2.10, même s’il faut bien comprendre que celle‐ci n’est qu’une succession de bidouilles, puisque GTK+ 2 n’a pas de prise en charge native).

    Je travaille aussi sur l’amélioration de la peinture numérique, une meilleure prise en charge des tablettes graphiques et de certaines de leurs fonctionnalités plus avancées, ainsi que de meilleures configurations par défaut.

    Je prévois aussi de travailler sur la prise en charge du « toucher » dans GIMP, par exemple pour la rotation du canevas, le zoom ou le panning avec la gestuelle.

    Du code maintenu

    J’ai une liste de choses que je souhaite faire si grande que je ne vais pas continuer à vous la lister. Mais, surtout, ce que nous apportons est la professionnalisation de GIMP. Nous avons commencé à contribuer car il était instable et inadéquat pour du travail professionnel. De nos jours, il est extrêmement stable et adéquat. Nous l’utilisons donc maintenant quotidiennement dans un contexte professionnel et surtout nous le maintenons. Ce n’est pas du lâcher de fonctionnalité pour ensuite laisser des bénévoles avec peu de temps gérer les bogues et les plantages. À l’inverse même, la maintenance, la correction de bogues, la gestion des tickets et les revues de code me prennent plus de temps que le développement de nouveau code.

    En fait, mon rêve à moyen terme serait que notre financement puisse grandir suffisamment pour engager davantage d’artistes ainsi que d’autres développeurs (pour non seulement travailler sur GIMP, mais aussi Blender, Inkscape, KDEnlive, Synfig, ou qu’importe le logiciel libre que nous utilisions à un moment donné).

    Vous souhaitez financer notre travail pour améliorer le logiciel libre en créant des films libres ? Nous vous attendons sur ces plates‐formes :

    • Tipeee, pour financer en euros ;
    • Patreon, pour financer en dollars des États‐Unis.

    Alternativement, notre page de donation indique comment donner sur Paypal, ou par donation en virement bancaire à l’association LILA (en revanche, Liberapay est en pause et il vaut donc mieux l’éviter pour le moment, même s’il est toujours dans la liste).

    Merci !

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Friday 03 August 2018 - 17:26

    L’équipe d’OpenMW est très fière d’annoncer la sortie de la version 0.44.0 de son moteur libre permettant de jouer à Morrowind, avec quelques fonctionnalités en plus et beaucoup de bogues en moins.

    Sommaire

    Déjà évoqué sur LinuxFr.org, OpenMW est non seulement une ré‐implémentation libre du moteur du jeu de rôle The Elder Scrolls III: Morrowind, un des meilleurs JDR (jeu de rôle, RPG) au monde, mais aussi un éditeur permettant de créer du contenu pour ce nouveau moteur. Pour jouer à Morrowind, il vous faudra une version originale du jeu, de laquelle on extraira les données, disponible à un prix complètement raisonnable sur Good Old Games par exemple.

    La version 0.44.0, sortie le week‐end dernier corrige une petite centaine de bogues, et ajoute quelques améliorations en termes d’accessibilité. La précédente dépêche sur LinuxFr.org au sujet d’OpenMW datant de près de trois ans, celle‐ci va déborder un peu du cadre de la nouvelle mouture, et s’étaler sur quelques changements et nouveautés intéressantes de ces dernières années.

    Friandises pour les yeux

    Depuis le basculement, il y a trois ans (déjà) vers OpenSceneGraph comme moteur 3D, les ombres en temps réel ne sont plus prises en charge, mais ne devraient pas tarder à revenir, vraisemblablement dans la prochaine version. La bonne nouvelle, c’est que les ombres ne sont pas les seules fonctionnalités graphiques ajoutées par le projet : la prise en charge de l’affichage des terrains distants, permettant d’afficher la carte du jeu à perte de vue ou presque, des particules plus belles ou encore, la pluie et la neige troublant la surface de l’eau :

    Capture d’écran de la pluie sur un lac

    Ou encore, la possibilité de jouer avec des nuanceurs (shaders), pour ajouter un brouillard :

    Brouillard dans les montagnes
    Brouillard sur un lac

    Ou, comme dans les jeux modernes, la prise en charge du placage de relief (bump mapping) :

    Maison en pierre montrant la prise en charge du placage de relief (bump mapping)
    Placage de relief sur une maison en terre

    Objectifs et directions

    Suite au rachat de GitHub par Microsoft, le projet en a profité pour se chamailler en interne déplacer une partie de son infrastructure sur GitLab : le Redmine vieillissant qui servait de système de suivi de bogues a également migré là‐bas, et le wiki est en train de l’être. Pour celles et ceux qui préfèrent utiliser GitHub, pas de panique, il est synchronisé avec GitLab.

    Au sujet de ce qu’il va arriver après la sacro‐sainte 1.0, notre BDLF a passé une quantité de temps faramineuse à écrire un document de 80 pages sur la direction envisagée pour le futur, à moyen et long terme du projet : doit‐on améliorer le langage de script existant, ou proposer du Lua et implémenter un transpileur ? Comment étendre le format des sauvegardes afin de pouvoir y fourrer plus de choses ? Comment remplacer les valeurs codées en dur dans le code, afin de rendre le moteur plus flexible ? Une chouette lecture pour un dimanche pluvieux donc.

    Bien que les modifications apportées par OpenMW par rapport à l’original soient mineures, il y aura toujours des puristes pour râler que c’était mieux avant™. C’est pourquoi le lanceur possède maintenant un onglet dédié aux préférences avancées, pour permettre à tout le monde de choisir :

    Capture d’écran du lanceur

    Comme dans tout projet (et plus particulièrement, en matière de jeux vidéo), OpenMW compte son nombre de bogues idiots et amusants, qui sont petit à petit corrigés, ne laissant que le souvenir d’avoir connu tel ou tel bogue, et de pouvoir passer pour un vieux con sur IRC. Par exemple, avant la version 0.43.0, les PNJ oubliaient de remonter à la surface pour respirer quand ils étaient sous l’eau. Ou encore, la pluie qui parfois tombait à l’envers, de bas en haut ; les PNJ qui oubliaient d’attaquer le joueur, les statistiques qui passaient dans les négatifs, les créatures volantes soumises au pathgrid, etc.

    Nouvelles fonctionnalités

    Le but de la version 1.0 est une compatibilité totale avec Morrowind (sauf pour les bogues aberrants, évidemment), les nouveautés significatives arriveront après, mais ça n’empêche pas des fonctionnalités mineures de se glisser dans OpenMW de temps à autre !

    Accessibilité

    Parmi les ajouts de fonctionnalités mineures, comme évoqué plus haut dans la dépêche, on peut citer pas mal de corrections ou d’améliorations en matière d’accessibilité et d’ergonomie : les menus du jeu peuvent maintenant être entièrement parcourus au clavier, les ingrédients s’entassent mieux dans l’inventaire, un tas d’infobulles (optionnelles) ont été ajoutées, que ce soit pour savoir si ce set d’alchimie qui vous fait de l’œil appartient à quelqu’un, ou si vous pouvez le faire tomber dans votre poche sans risque, l’affichage des dégâts des projectiles, le taux de succès des enchantements… Il est possible d’utiliser à la fois un clavier et une souris, ainsi qu’une manette.

    L’interface n’est pas en reste, puisqu’elle est maintenant d’une densité adaptable : plus besoin de s’user les yeux quand on joue sur un écran avec une grosse résolution pour trier ses potions.

    Ces changements peuvent sembler mineurs, mais ils changent complétement la donne pour les personnes handicapées. Imaginez jouer à un jeu à la souris quand vous avez les mains qui tremblent…

    Ces petites choses en plus, et d’autres en moins…

    Avec l’émergence de grosses modifications du jeu original, comme Sword of Perithia ou Arktwend, il a été nécessaire de changer pas mal de suppositions codées en dur dans le moteur de Morrowind, comme la taille de la carte ou de la mini‐carte, qui étaient invariablement boguées par ces mastodontes.

    Les sauvegardes, auparavant limitée à 255, ne le sont plus et sont maintenant triées par personnage, au lieu d’être entassées dans une gigantesque liste horrible à faire défiler, et présentent des miniatures, qui permettent plus facilement de retrouver la sauvegarde que l’on cherche.

    La partie audio du jeu a été améliorée, prenant en charge l’ensemble des formats acceptés par FFmpeg, et les filtres d’effet, comme l’écho dans les grottes, ou quand notre personnage est sous l’eau, sont maintenant bien moins ratés plus immersifs.

    Il est courant d’amasser un tas de sortilèges dans le jeu, et c’est la pagaille pour s’y retrouver. C’est pourquoi une barre de recherche a été ajoutée ; fini de devoir passer trois heures à chercher sa boule de feu en plein combat dans un donjon

    Ajouts massifs

    Ça n’est pas parce que les modifications importantes ne seront pas intégrées avant la version 1.0 que des contributeurs ne s’amusent pas à en implémenter, comme la possibilité de récupération de projectiles plantés dans des surfaces, ce qui n’existe absolument pas dans le jeu original :

    Flèches plantées dans une caisse

    Ou encore des carquois (avec le bon nombre de flèches) qui, eux aussi, à la base, ne sont pas présents :

    Image de carquois

    Il y a également une demande d’intégration Git massive ajoutant plusieurs milliers de lignes de code et des dépendances, afin d’améliorer drastiquement la recherche de chemin (pathfinding), à coup d’auto‐génération, produisant au passage de belles visualisations :

    Visualisation de la recherche de chemin (pathfinding)

    Une des choses que j’aime beaucoup dans Morrowind, c’est qu’il s’agit d’un formidable jeu de rôle qui se joue tout seul : pas d’autres joueurs (si ce n’est les PNJ) pour faire n’importe quoi et casser l’immersion, ou me voler mon trésor. Il était donc évident que quelqu’un allait investir son temps libre dans le seul et unique (si !) but de me gâcher mon plaisir, en créant un divergence du projet et en implémentant une version multijoueur de Morrowind, qui fonctionne !

    Prise en charges des « mods »

    Mais redevenons sérieux et oublions cette magie noire pour évoquer avec nostalgie le support des mods dans Morrowind, dont la communauté est loin d’être morte, avec des sites comme Wiwiland et ses centaines de mods francophones ou encore Nexus mods et ses plus de 5 000 mods disponibles. Évidemment, OpenMW a vocation à être compatible avec l’ensemble d’entre eux, et les bogues de ce côté‐ci se font plutôt rares.

    Une des améliorations hautement appréciées d’OpenMW est qu’il permet d’installer chaque mod dans un dossier séparé, permettant de facilement le supprimer au besoin. Auparavant, il fallait consciencieusement noter quel mod installait quel fichier, et garder des copies des fichiers qui pouvaient être écrasés lors de l’installation, pour les restaurer lors de la suppression. Comme il est courant de jouer avec une bonne centaine de mods, leur gestion était une question épineuse qui est maintenant résolue.

    Pour l’anecdote, les versions traduites du jeu le sont un peu trop, les traducteurs ayant fait du zèle, ils ne se sont pas contentés de traduire dialogues et sous‐titres, mais également certains identifiants de lieux, objets, personnages, etc., rendant parfois les mods incompatibles entre les différentes traductions.

    Originellement, la création de mods s’effectuait via le construction set, le même outil qui a servi à créer Morrowind, qui est livré avec le jeu. Il est donc normal qu’OpenMW le réimplémente également, surtout que le BDFL précédemment évoqué était également contributeur à l’ambitieux projet Ultima IX: Redemption, une suite spirituelle à Ultima, sur le moteur de Morrowind, malheureusement abandonné aujourd’hui.

    L’OpenCS n’est pas encore capable de remplacer complètement le construction set, mais les choses avancent, et la communauté des « moddeurs » s’y intéresse de plus en plus. Comme les fous furieux personnes derrière le titanesque projet Tamriel Rebuilt ont fait un tas de retours sur son utilisabilité, les fonctionnalités manquantes et les corrections ou améliorations à lui apporter, pour corriger certaines tares du construction set original.

    Par exemple, l’application de textures était une opération pénible, qui est maintenant simplissime, vu qu’il est possible de les appliquer sous forme de brosses : imaginez pouvoir ajouter du sable sur la plage fraîchement créée, simplement en baladant le curseur de la souris dessus, comme si vous étiez en train de la peigner.

    La compilation des scripts est plus stricte et détecte un plus grand nombre de soucis et mauvaises pratiques que la version originale laissait passer sans rien dire.

    Image de l’éditeur

    Conclusion

    OpenMW est un projet qui poursuit son bonhomme de chemin vers une comptabilité totale de Morrowind et une réimplémentation de son éditeur, depuis près de dix ans, et tend de plus en plus vers sa version 1.0.

    Disponible et empaqueté pour de multiples systèmes d’exploitation, avec une communauté accueillante et active derrière lui, il permet déjà aux joueurs et joueuses de profiter confortablement de ce formidable jeu vidéo, et compte bien continuer sur cette voie !

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Saturday 04 August 2018 - 23:57

    Calendrier Web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 9 événements (0 en Belgique, 6 en France, 0 au Luxembourg, 3 au Québec, 0 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire

    [CA-QC Montréal] Linux-Meetup Montréal - Le mardi 7 août 2018 de 19h00 à 22h00.

    Local de la rencontre à confirmer

    Programmation de la rencontre

    ATTENTION Le conférencier invité n'a pas encore été choisi. Si vous connaissez des compagnies œuvrant dans le logiciel libre, n'hésitez pas à m'envoyez un message.

    Ce mois-ci, nous aurons plusieurs petites présentations éclairs ("lightning talks") reliées à Linux et aux logiciels libres.

    Avis aux intéressés, envoyez-moi un courriel si vous voulez présenter quelques choses. Sinon, ce sera des présentations éclairs improvisées avec les gens présents.

    Par la suite, si le temps le permet, on fera une discussion de groupe sur un thème déterminé par les gens présents … discussions libres et ouvertes

    Lieu
    Le Linux-Meetup aura lieu à l'École de Technologie Supérieure de 19:00 à 22:00.

    Extras

    Pour ceux voulant réseauter avec les autres avant, il y aura un souper de 17:30 à18:45 (Resto-pub Le 100 génies de l'ÉTS au pavillon B).

    Nous invitons tous les amateurs de logiciels libres (peu importe la plate-forme) à venir discuter. C'est vraiment une excellente occasion de socialiser et de faire connaissance avec d'autres qui partagent les mêmes intérêts.

    La rencontre est gratuite et ouverte à tous (de débutants à experts) et rassemble des gens de diverses professions gestionnaires, professeurs, administrateurs de systèmes, ingénieurs, programmeurs, retraités, étudiants, etc.

    Les Linux-Meetup se déroulent simultanément à travers le monde tous les premiers mardis du mois ainsi que dans plusieurs régions du Québec.

    Vous pouvez confirmer votre présence sur un ou plusieurs réseaux sociaux afin de promouvoir l'événement Google+, Linkedin, Facebook, Twitter et Meetup

    Au plaisir de vous rencontrer

    Martial

    P.S.: Pour le transport en commun Station de métro Bonaventure

    [FR Caen] Atelier Inkscape, niveau avancé - Le mercredi 8 août 2018 de 17h00 à 19h00.

    L'association Artifaille organise un atelier de dessin vectoriel avec Inkscape – Avancé.

    Une approche plus avancée du dessin vectoriel pour des utilisateurs déjà initiés. Il s’agira ici d’aborder des techniques avancées sur des exemples concrets. Notamment reconstruire ou s’inspirer de logos existants (graphiques ou textes), détourer ou styliser à partir d’une référence photo, créer des objets en 2D ou un décor.

    Les sujets suivants seront abordés et mis en pratique par les participants

    • Copie et clone
    • Chemins (conversions, opérations booléennes, édition des nœuds)
    • Outils main libre et Bézier
    • Découpe et masque
    • Texte
    • Assistance (guides, grille, magnétisme…)

    Pré-requis connaître et avoir utilisé les techniques de base du logiciel (navigation, sélection, déplacement et déformation d’objets, création de formes simples, couleurs de fond et contour, empilement des objets…). Venir avec son PC et Inkscape pré-installé (www.inkscape.org), une souris avec molette vivement conseillée.

    Réservé aux adhérents Artifaille.
    Sauf "Ateliers prix libres" et permanences Artifaille (bien sûr), le premier atelier est gratuit avec une nouvelle adhésion anuelle.
    Lieu Maison des Solidarités, 51 Quai de Juillet, à Caen
    Pour toute question contact@artifaille.fr ou sur laissez-nous votre message sur le répondeur du

    [FR Nantes] Apéro Monnaie Libre - Le mercredi 8 août 2018 de 19h00 à 21h30.

    Tous les deuxièmes mercredi du mois, venez la découvrir la Monnaie Libre, durant lesquelles des membres vous présenterons les différentes facettes de cette belle innovation.

    Les Apéros Monnaie Libre sont l’occasion de nous rencontrer entre membres et futurs membres de la monnaie libre Ğ1.

    Que vous soyez totalement débutant ou utilisateur confirmé, tout le monde est bienvenue aux apéros monnaie libre

    • Présentation en Question/Réponse, de ce qu’est la Monnaie Libre Ḡ1 (pour ceux qui ne connaissent pas ou peu) &

    • Assistance création/utilisation de porte-feuille Ğ1 sous Césium.

    Mais c’est quoi la Ğ1 C’est le nom de la 1ère et seule monnaie libre existante à ce jour, une monnaie co-créée par tous les humains qui l’utilisent, c’est un revenu de base par création monétaire. Plus de détail ici http://nayya.org/ Si vous souhaitez de l’assistance pour créer ou utiliser votre compte Ğ1, nous vous recommandons d’apporter votre appareil (téléphone, tablette, pc portable).

    Ǧmarché Ces apéros sont aussi un moment privilégié pour demander ou proposer des biens et services en Ğ1

    [FR Toulouse] Université de Nuit d'été - Du mercredi 8 août 2018 à 19h00 au dimanche 12 août 2018 à 17h00.

    8-12 août 2018{::}  * La châleur et l'ennui vous accable Vous n'avez nulle part ou aller ce mois d'aoüt Ou vous êtes tout simplement curieux
    * Vous êtes invité à venir participer a la première édition de l'Université de Nuit d'Été du Tetalab, du mecredi 8 au dimanche 12 août 2018.
    * Les activités débuteront chaque soir vers 20h quand la température commence à devenir supportable, et se dérouleront jusqu'à entre 00h00 et 02h00.

     * Au programme
    *  Ateliers/cours d'initiation ou plus avancés

     *  langages informatiques, logiciels, électronique, soudure…
    *  moteurs de jeux videos 
    *  graphisme et création 3D

     *  Une "Game Jam"
    * conception d'un jeu vidéo en 48h, de A a Z, en solo ou en équipe.

      Restitution le dimanche en fin d'après-midi. *  Soutien à des projets DIY

      - les participants sont invités à venir échanger autour de problématiques rencontrées dans leurs projets DIY.  * la bienveillance, le sourire et faire des trucs qui font briller les yeux

      Mix'Art Myrys, 12 rue Ferdinand Lassalle, 31200 Toulouse

    [FR Toulouse] Rencontres Tetalab - Le mercredi 8 août 2018 de 20h30 à 23h30.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [CA-QC Coteau du Lac] Émission #157 de bloguelinux - Le jeudi 9 août 2018 de 20h00 à 21h00.

    bloguelinux.ca est un blogue québécois offrant la diffusion d'un podcast qui traite des logiciels libres, du système d'exploitation Linux et de la technologie en général il y a un processeur, il y a un système d'exploitation, c'est certain que ça nous intéresse

    bloguelinux.ca est enregistré le jeudi à 20h00 toutes les deux semaines.

    Vous pouvez nous écouter en direct lors des enregistrements à l'adresse http://live.bloguelinux.ca ou directement sur notre site à http://www.bloguelinux.ca en cliquant sur la radio dans le panneau de gauche du site.

    Vous pouvez rejoindre nos conversations avec Telegram en vous abonnant au groupe BlogueLinux en suivant le lien suivant https://t.me/joinchat/ArPfnBHCcui2t_CY6qAPAg et dans notre salle de chat en vous connectant sur les serveurs de freenode.net dans la salle #bloguelinux.

    Si vous n'avez pas de client IRC, vous pouvez utiliser l'adresse http://webchat.freenode.net

    AVERTISSEMENT Ce podcast peut contenir du langage inapproprié ou vulgaire et peut ne pas convenir à tout le monde.

    Animateurs Patrick et Sandrine

    [FR Orbey] Café informatique - Le samedi 11 août 2018 de 10h00 à 11h00.

    Venez partager moment d’échange et de pratique autour des outils numériques animé par Ma Vallée Numérique au salon de thé Chocolat'thé.

    • Apprendre à s’en servir et s’en protéger
    • Découvrir les logiciels libres
    • Échanger nos connaissances

    Tous les deux premiers samedis du mois, permanence de 10h00 à 11h00.

    Pour un meilleur accueil, inscrivez-vous en ligne.
    Dates et inscription sur le site.

    [FR Rennes] Permanence Gulliver - Le samedi 11 août 2018 de 14h00 à 18h00.

    Venez vous renseigner pour diffuser largement vous œuvres.

    Sinon venez installer Linux ou des logiciels libres.

    Venez nombreux.

    [CA-QC Montréal] WordCamp Montréal 2018 - Du samedi 11 août 2018 à 08h00 au dimanche 12 août 2018 à 17h00.

    WordCamp Montréal est une conférence de deux jours à propos de WordPress, la plateforme de blogue et le système de gestion de contenu le plus populaire au monde. Développeurs, designers, professionnels du Web et blogueurs se rassembleront pour assister à des présentations et des ateliers au sujet de WordPress et pour réseauter.

    Pour notre 10 anniversaire, l’événement aura lieu à l’école de gestion John Molson School of Business au centre-ville de Montréal les 11 et 12 août, 2018.

    Pour consulter la programmation complète de l'événement

    https://2018-fr.montreal.wordcamp.org/programme/

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Sunday 05 August 2018 - 18:03

    Le 28 juin 2018, le site LinuxFr.org fêtait ses 20 ans. L’équipe du site a réalisé des entretiens par courriel avec des visiteurs (et contributeurs) réguliers du site. Les réponses sont publiées par lot de 5 répondants, et dans ce dernier lot (Adrien Dorsaz, JPEC, Christophe Chapuis, Anthony Jaguenaud et dzecniv), les répondants sont interviewés pour la première fois.

    Les questions de chaque entretien sont les suivantes :

    • Quand et comment avez‐vous connu LinuxFr.org ?
    • Quelle est votre utilisation du site, en termes de fréquence, de méthode de consultation (navigateur, flux Atom/RSS, mobile, etc.) ? Quels sont les contenus (dépêches, journaux, sondages, forums, wiki, liens) que vous lisez ? Ceux que vous préférez ?
    • Quel est votre meilleur souvenir sur LinuxFr.org (avec un lien, si possible) ? Pensez‐vous que c’était mieux avant ?
    • Qu’aimeriez‐vous trouver sur LinuxFr.org qui n’y figure pas ? Quel type de contenu ou de fonctionnalités rêveriez‐vous de voir arriver ?
    • Contribuez‐vous à des projets libres, et si oui, lesquels ?
    • Si vous deviez mettre un coup de projecteur sur un ou plusieurs projets libres, lesquels citeriez‐vous ?
    • À votre avis, à quoi ressemblera LinuxFr.org dans 20 ans ? Le Libre dans 20 ans ?
    • Quel serait l’environnement / la configuration de vos rêves ?
    • Autre chose à rajouter ?

    Quand et comment avez‐vous connu LinuxFr.org ?

    Adrien Dorsaz (compte créé en 2010) : Je pense que j'ai connu LinuxFr.org vers 2008-2009, sous mon pseudo Trim, lorsque j'ai commencé à côtoyer l'association Swisslinux.org et, en particulier, eggman qui m'a fait découvrir l'ambiance du site :)

    JPEC (compte créé en 2010) : Je ne me rappelle plus comment j'ai découvert ce site (surement google ou un lien sur un forum) en quelle année j'ai créé mon compte sur DLFP mais ma première dépêche date de 2010… Je me souviens qu'à l'époque je lisais attentivement des épisodes sur le noyau par Patrick_g.

    Christophe Chapuis (compte créé en 2001) : C'était il y a bien longtemps, vers 2000-2001, peut-être via Google Altavista. Depuis, LinuxFr.org m'a permis de découvrir et d'apprendre énormément autour du logiciel libre.

    Anthony Jaguenaud (compte créé en 2002) : Vers 1999 quand j’ai commencé à travailler. En cherchant de l’information sur GNU/Linux.

    dzecniv (compte créé en 2013) : Ouh, je ne sais plus, probablement vers la fin de mes études, donc il y a 4/5 ans (allez 6), car je crois avoir déjà regretté de ne pas avoir lu linuxfr plus tôt. Pendant un moment je ne comprenais pas grand-chose à ce qu'il s'y disait, puis j'ai dû programmer, puis j'y ai pris goût, et je suis devenu un régulier… et un contributeur.

    Quelle est votre utilisation du site, en termes de fréquence, de méthode de consultation (navigateur, flux Atom/RSS, mobile, etc.) ? Quels sont les contenus (dépêches, journaux, sondages, forums, wiki, liens) que vous lisez ? Ceux que vous préférez ?

    Adrien Dorsaz : Je suis les flux RSS des liens, forums, journaux et dépêches. J'utilise mon FreshRSS, donc via mon mobile ou d'autres périphériques et je l'ai programmé pour récupérer les nouvelles 3 fois par jour pour les transports et me laisser en paix le weekend. Je lis surtout les journaux et dépêches sur un peu tous les sujets (exceptés ceux liés à la politique française étant Suisse). Ceux qui me plaisent le plus sont ceux qui sont un peu techniques et me font découvrir de nouveaux domaines, surtout sur les sujets du développement logiciel, de Mozilla et de GNOME.

    JPEC : Je consulte le site quotidiennement principalement lors des « pauses » au boulot ou sur mon mobile. Je lis principalement les dépêches et les journaux et lorsque que le titre m'interpelle les forums. Je commente rarement.

    Christophe Chapuis : J'utilise un navigateur, quotidiennement, pour regarder les nouveaux contenus, ou les nouveaux commentaires sur un sujet qui m'intéresse. Je lis principalement les dépêches et les journaux, et je commence à m'habituer aux liens. J'aime parcourir les commentaires, qui sont (malgré les quelques trolls) d'une qualité au-dessus du lot sur Internet 2.0. J'utilise aussi la tribune - j'ai jamais réussi à m'en détacher.

    Anthony Jaguenaud : Mon utilisation n’a pas vraiment changé. Juste qu’aujourd’hui, je suis les flux RSS. J’ouvre tous les journaux et toutes les dépêches. Je recharge chaque article tous les jours, une à deux fois, pour voir les commentaires. Sur certains sujets polémiques, je peux prendre 100 commentaires d’un coup, ce que je ne peux pas traiter ;-) Concernant les liens, je ne les lis pas vraiment. Des fois, je vois un titre accrocheur, je l’ouvre. S’il y a des commentaires, je les lis et en fonction, j’ouvre le lien. Sans commentaires, j’ai une chance sur deux d’ouvrir le lien.
    Je ne sais pas si ça apporte quelque chose par rapport aux journaux bookmark. Peut-être moins de commentaires.

    dzecniv: Je suis abonné au flux RSS des dépêches et des journaux. Je contribue à certains wikis et forums, mais plus spécialisés ou plus tournés vers les linuxiens débutants que ceux de linuxfr. J'adore les articles qui présentent des technos (langages de programmation, logiciels, protocoles…) peu usitées et qui te font ouvrir des yeux ébahis. Et ça arrive toujours !

    Quel est votre meilleur souvenir sur LinuxFr.org (avec un lien, si possible) ? Pensez‐vous que c’était mieux avant ?

    Adrien Dorsaz : L'écriture de la dépêche Protéger sa vie privée avec l'IPv6 est un très bon souvenir : d'une nouvelle des développeurs de Network Manager, j'ai découvert des détails sur l'IPv6 par rapport à IPv4, j'ai pu partager mes découvertes et quelques commentaires.

    JPEC : Je n'ai pas d'exemple précis à donner, mais il y a régulièrement des dépêches intéressantes (sur des sujets techniques ou pas).

    Christophe Chapuis : J'ai toujours apprécié les dépêches sur les noyaux Linux: c'est une mine d'or ! Et non, ce n'était pas mieux avant : la qualité de LinuxFr.org a su rester d'une belle constance au fil des ans.

    (pas de réponse de Anthony Jaguenaud à cette question)

    dzecniv: L'article "Le bitcoin va-t-il détruire la planète ?", contrepoint à un article ridicule, a été jubilatoire. Bravo encore à l'auteur. Je m'étais fendu d'un commentaire sur le journal du hacker, j'ai agi quoi :p mais là chapeau. Et puis, j'ai eu une période intense où j'ai voulu parler de plusieurs projets qui n'étaient pas ou peu relayés ici (Emacs, Guix, Gitlab, projets qui décentralisent internet©, j'oublie), donc forcément plus tard je demande à un tel s'il connaît telle techno et comme il répond « je l'ai lu sur linuxfr » je suis satisfait :]

    Qu’aimeriez‐vous trouver sur LinuxFr.org qui n’y figure pas ? Quel type de contenu ou de fonctionnalités rêveriez‐vous de voir arriver ?

    Adrien Dorsaz : Il faudrait moderniser l'infrastructure, avec un accès depuis l'Internet « moderne » IPv6 ! J'aimerais bien que les utilisateurs ne se gênent pas à utiliser les journaux pour nous faire découvrir leurs intérêts. N'hésitez pas à faire des journaux courts, le sujet pourra intéresser quelqu'un ou ouvrir un débat :)

    JPEC : Je suis d'accord avec reynum sur la pertinence de l'ajout d'une section dédiée aux tutoriels.

    Christophe Chapuis : Difficile à dire, je suis assez content de l'aspect actuel du site: léger, fonctionnel, clair. L'essentiel (le contenu) est bien mis en avant. Alors, peut-être rajouter un "+/-" en plus de « pertinent/inutile », pour voir, mais c'est un détail je pense.

    (pas de réponse de Anthony Jaguenaud à cette question)

    dzecniv: J'aimerais un suivi plus facile des commentaires, pouvoir être notifié de réponses à son commentaire notamment. Je compare avec Reddit. Dans la même veine un tableau de bord plus complet, me permettant de voir tout mon contenu, voire d'en garder en marques page et de me créer une liste de liens. Une prévisualisation de ses écrits, plus pratique lorsqu'elle existe. Revoir et mettre en avant le wiki ?

    Contribuez‐vous à des projets libres, et si oui, lesquels ?

    Adrien Dorsaz: actuellement, je m'amuse à faire un client XMPP pubsub et je suis les RFC de Let's Encrypt pour maintenir à jour mon client ACME. J'aimerais retrouver du temps pour réinstaller LinuxFr.org sur mon PC et participer aux futures transformations prévues.

    JPEC : En ce moment non par manque de temps… Par contre, je bricole un prototype de gcoin qui pourrait être publié à terme.

    Christophe Chapuis : Je contribue au projet LuneOS depuis quelques années : c'est vaste, varié, et j'apprends beaucoup en m'amusant.

    Anthony Jaguenaud : Le temps me manque toujours pour contribuer vraiment. Je forme mes enfants à la problématique, les initie quand ils le souhaitent, les guide vers le libre sans les forcer. C’est ma contribution pour le libre du futur.

    dzecniv: Oui, surtout les miens :) gitlab, github, notamment Abelujo, un logiciel libre de gestion de librairies (recherche bibliographique de livres avec code-barre, de DVDs, etc), et plein de trucs dans Common Lisp depuis un an (car c'est génial et ça va me résoudre plein de limitations de Python et Django), notamment de la doc dans le CL Cookbook.

    Si vous deviez mettre un coup de projecteur sur un ou plusieurs projets libres, lesquels citeriez‐vous ?

    Adrien Dorsaz : Les projets qui me motivent le plus pour l'instant sont le serveur XMPP ejabberd et le client Movim. Je trouve franchement très intéressant le standard XMPP, il est plutôt simple (oui, XML est verbeux, mais il est facile à utiliser), souple et se modernise en continue (merci aux WebSockets et à pubsub !).

    (pas de réponse de JPEC à cette question)

    Christophe Chapuis : Je trouve le projet Anbox très intéressant, j'espère qu'il aura un bel avenir !

    (pas de réponse de Anthony Jaguenaud à cette question)

    dzecniv: Sans hésitation, le travail en cours sur Weblocks, un framework web pour écrire des applications dynamiques sans une ligne de javascript, dans un bon environnement, avec un langage stable et un REPL excellent. Weblocks est basé sur des widgets mis à jours côté serveur et rafraîchis côté client, disons React mais server-side, pour employer un gros mot. Voyez donc le nouveau quickstart.

    À votre avis, à quoi ressemblera LinuxFr.org dans 20 ans ? Le Libre dans 20 ans ?

    Adrien Dorsaz : Wow, je ne suis pas sûr que LinuxFr.org va survivre au bug de l'an 2038, comme à l'époque où mon entourage avait peur du « bug de l'an 2000 » :D LinuxFr.org continuera à être un point de rencontre des utilisateurs francophones de logiciels libres. Le libre continuera toujours d'exister : il y a aura toujours des utilisateurs heureux de pouvoir utiliser ses logiciels comme bon lui semble et quelques-uns qui seront eux-mêmes développeurs/artiste/traducteur/documentaliste/… avec du talent :)

    JPEC : Je pense que dans 20 ans LinuxFr.org aura le look d'un site des années 2020 :) Blague à part, je pense que le matériel va se complexifier et qu'il sera difficile de le faire fonctionner avec du logiciel libre (par exemple, si on regarde les ordiphones ou les tablettes actuelles, c'est quasi impossible à faire fonctionner avec du libre). Par contre, il restera toujours des gens passionnés qui s'investiront afin de proposer des solutions ouvertes.

    Christophe Chapuis : Peut-être y accèdera-t-on via IPv6 ;-) ? Je ne sais pas… Mais LinuxFr.org répond à un besoin, et y répond de manière élégante. Pour le Libre, je pense qu'un virage à ne pas manquer est le domaine de l'embarqué : on va vers plus d'objets connectés, mais ces objets sont actuellement très fermés. Leur cycle de vie et leur interopérabilité dépendent du bon vouloir du constructeur. J'espère que le Libre saura convaincre, à la fois en entreprise et chez les particuliers.

    (pas de réponse de Anthony Jaguenaud à cette question)

    dzecniv: Vu la tendance, il y aura beaucoup de libre d'entreprise, pour des solutions complexes ou dans les nuages qui nous feront quand même perdre en autonomie. Le discours critique sera similaire (« certes, une puce intracutanée est pratique, mais… »). La monnaie libre G1 aura 300 millions d'utilisateurs, sortant des millions de personnes de la pauvreté et permettant aux plus motivé.es de vivre facilement sans salariat et de se consacrer à leurs projets.

    Quel serait l’environnement / la configuration de vos rêves ?

    Adrien Dorsaz : retrouver une mini-machine à la taille du Eee PC 900, toujours aussi évolutif et réparable (batterie non-soudée, disque SSD remplaçable, mémoire vive accessible…), mais avec du matériel assez récent pour faire tourner un navigateur web et un IDE correctement ! Tout ceci avec un GNOME 3 sous Debian évidemment :D

    JPEC : un écran, un clavier BÉPO, un trackball, un dock et un ordiphone < 5" qui tourne sous Debian stable pour le socle et la dernière version de GNOME pour la couche utilisateur.

    Christophe Chapuis : Le meilleur environnement, pour moi, est celui qui se fait oublier. C'est un subtil équilibre entre flexibilité, efficacité, ergnonomie et stabilité. Pour l'instant XFCE me convient bien !

    (pas de réponse de Anthony Jaguenaud à cette question)

    dzecniv: Un environnement modifiable à la volée et totalement scriptable. Donc il y aura du Lisp forcément, avec ou sans Emacs, mais avec GNU Guix.

    Autre chose à rajouter ?

    Christophe Chapuis : \_o< !

    Anthony Jaguenaud : Un grand merci à l’équipe qui prend le temps de faire vivre ce site.

    dzecniv: Merci aux bénévoles de LinuxFr.org !

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Monday 06 August 2018 - 11:11

    Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA (avec CalTech), qui a construit l’astromobile / le rover Curiosity pour explorer la planète Mars, a publié sur GitHub les plans d’une version réduite et abordable de ce véhicule sous licence Apache v2.

    Vous pouvez donc l’étudier, le construire ou l’améliorer !

    Le cerveau utilisé est un RaspBerry Pi. Vous pouvez le contrôler via une application Android.

    N. D. M. : Ce rover est une version réduite (36 cm, 11 kg, 17 cm/s) de Curiosity (2,7 m, 899 kg et 4 cm/s sur Mars). Il est conçu pour pouvoir être réalisé avec des composants du commerce. La publication a été réalisée pour « inspirer la future génération des scientifiques, ingénieurs et roboticiens pour nous aider à explorer et découvrir notre système solaire (et au‐delà !) ». L’utilisation de la licence Apache v2 semble contredite par les critères supplémentaires suivants : être âgé de plus de 18 ans, décharge de responsabilité et pas d’utilisation commerciale. Le JPL explique par ailleurs avoir produit précédemment une version réduite de Curiosity à des fins éducatives (un mini‐rover baptisé ROV-E), pour les classes, musées et événements scolaires. Et face au succès, ils ont décidé de produire un modèle inspirant et réalisable pour moins de 2 500 US$ (environ 2 160 €).

    Le rover dit « open source » NASA/JPL-Caltech une fois réalisé   Crédit NASA/JPL-Caltech

    Le rover dit « open source » NASA/JPL-Caltech en phase de conception   Crédit NASA/JPL-Caltech

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Tuesday 07 August 2018 - 11:13

    LinuxFr.org propose des dépêches et articles, soumis par tout un chacun, puis revus et corrigés par l’équipe de modération avant publication. C’est la partie la plus visible de LinuxFr.org, ce sont les dépêches qui sont le plus lues et suivies, sur le site, via Atom/RSS, ou bien via partage par messagerie instantanée, par courriel, ou encore via médias sociaux.

    Bannière LinuxFr.org

    Ce que l’on sait moins, c’est que LinuxFr.org vous propose également à tous de tenir vos propres articles directement publiables, sans validation a priori des modérateurs. Ceux‐ci s’appellent des journaux. Voici un florilège d’une dizaine de ces journaux parmi les mieux notés par les utilisateurs… qui notent. Lumière sur ceux du mois de de juillet passé :

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Sunday 12 August 2018 - 20:39

    Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 7 événements (0 en Belgique, 6 en France, 0 au Luxembourg, 1 au Québec, 0 en Suisse et 0 en Tunisie) est en seconde partie de dépêche.

    Sommaire

    [FR Toulouse] Rencontres Tetalab - Le mercredi 15 août 2018 de 20h30 à 23h30.

    Rencontre hebdomadaire des hackers et artistes libristes Toulousains.

    Ouvert au public tous les mercredi soir.

    Venez nombreux.

    [FR Montpellier] Aprilapéro - Le jeudi 16 août 2018 de 18h45 à 19h30.

    Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d’échanger, de partager un verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l’actualité et les actions de l’April.

    Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l’April ou pas. N’hésitez pas à venir nous rencontrer.

    Régulièrement Montpel’libre relaie et soutient les actions de L’April. De nombreux Apriliens ont par ailleurs rejoints les rangs de Montpel’libre, sans doute lors d’Apéro April, d’AprilCamp ou des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre qui ont eu lieu à Montpellier.

    Nous vous invitons donc à venir nous rejoindre dans une ambiance conviviale, à partager cet apéro, chacun porte quelque chose, boissons, grignotages… et on partage.

    Au programme des discussions

    • démarche et étapes pour la mise en conformité au RGPD des outils de l’April
    • discussions libres
    • échanges d’idées
    • faire un bilan des événements passés
    • faire des perspectives pour les actions futures
    • tout simplement, passer un moment convivial

    Entrée libre et gratuite sur inscription.

    Les Aprilapéro Montpellier ont lieu le 3e jeudi de chaque mois

    • Jeudi 21 septembre 2017 de 18h18 à 20h20
    • Jeudi 19 octobre 2017 de 18h18 à 20h20
    • Jeudi 16 novembre 2017 de 18h18 à 20h20
    • Jeudi 21 décembre 2017 de 18h18 à 20h20
    • Jeudi 18 janvier 2018 de 18h18 à 20h20
    • Jeudi 15 février 2018 de 18h18 à 20h20
    • Jeudi 15 mars 2018 de 18h18 à 20h20
    • Jeudi 19 avril 2018 de 18h18 à 20h20
    • Jeudi 17 mai 2018 de 18h30 à 19h30
    • Jeudi 21 juin 2018 de 18h30 à 19h30
    • Jeudi 19 juillet 2018 de 18h30 à 19h30
    • Jeudi 16 août 2018 de 18h30 à 19h30

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Club de la Presse, l’April et Montpel’libre.

    Jeudi 16 août 2018 de 18h45 à 19h30 (3e jeudi de chaque mois)
    Do Tank au 2, rue du Pavillon, 34000 Montpellier

    [FR Montpellier] FSFEapéro - Le jeudi 16 août 2018 de 19h30 à 20h15.

    Afin de se rencontrer, d’échanger et de faire plus ample connaissance, lance de nouvelles rencontres surnommées les FSFEapéros. C’est l’occasion pour les neurones de toute part de se réunir physiquement pour discuter, échanger et partager un verre et de quoi grignoter.

    Les FSFEapéros auront lieu tous les 3e jeudis de chaque mois. Ils sont l’occasion de discussions informelles d’une part et de discussions plus sérieuses sur les différents thèmes d’importance et les différentes actions et campagnes en cours.

    Tout le monde est invité et peut venir aux FSFEapéros, qu’on soit contributeur de longue date, simple intéressé-e par les sujets que défend la Free Software Foundation Europe, ou nouvel-le arrivant-e cherchant à participer davantage. N’hésitez pas à amener vos amis et à leur faire découvrir La FSFE et Montpel’libre.

    Peuvent être aussi abordées des questions sur Les exégètes amateurs ou Open Law.

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Club de la Presse, la FSFE et Montpel’libre.

    Jeudi 16 août 2018 de 19h30 à 20h15 (3e jeudi de chaque mois)
    Do Tank au 2, rue du Pavillon, 34000 Montpellier

    [FR Montpellier] Quadrapéro - Le jeudi 16 août 2018 de 20h15 à 21h00.

    Afin de se rencontrer, d’échanger et de faire plus ample connaissance, lance de nouvelles rencontres surnommées les Quadrapéros. C’est l’occasion pour les neurones de toute part de se réunir physiquement pour discuter, échanger et partager un verre et de quoi grignoter.

    Les Quadrapéros auront lieu tous les 3e jeudis de chaque mois. Ils sont l’occasion de discussions informelles d’une part et de discussions plus sérieuses sur les différents thèmes d’importance et les différentes actions et campagnes en cours.

    Tout le monde est invité aux Quadrapéros, qu’on soit contributeur de longue date, simple intéressé-e par les sujets que défend la Quadrature, ou nouvel-le arrivant-e cherchant à participer davantage. N’hésitez pas à amener vos amis et à leur faire découvrir La Quadrature et Montpel’libre.

    Peuvent être aussi abordées des questions sur Les exégètes amateurs ou Open Law.

    • Action de groupe contre les GAFAM

    Cet événement vous est proposé dans le cadre du partenariat qui lie le Club de la Presse, la Quadrature et Montpel’libre.

    Jeudi 16 août 2018 de 20h15 à 21h00 (3e jeudi de chaque mois)
    Do Tank au 2, rue du Pavillon, 34000 Montpellier

    [FR Metz] Permanence été 2018 - Le samedi 18 août 2018 de 14h00 à 18h00.

    Il s'agit d'une permanence de l'association Graoulug Groupe d'Utilisateurs Linux et Logiciels libres de Metz et environs.

    [FR Metz] Install-Party GNU/Linux - Le samedi 18 août 2018 de 14h00 à 18h00.

    L'association Graoulug organise une Install-Party GNU/Linux.

    Si vous voulez installer GNU/Linux sur votre ordinateur, amenez-le.

    Les membres de l'association vous aiderons à y installer la distribution GNU/Linux de votre choix (Ubuntu, Linux Mint…).

    Vous pourrez aussi apprendre à installer des application libres sur votre smartphone, avec F-Droid.

    [CA-QC Montréal] Vidéo Femmes journée Wiki à la Cinémathèque québécoise - Le samedi 18 août 2018 de 13h00 à 18h00.

    Activité gratuite et ouverte à tous

    HORAIRE DE L'ÉVÉNEMENT
    13 h à 15 h
    (Salle Fernand Seguin) : L'aventure Vidéo Femmes (discussions et projections)
    15 h à 18 h (Bar Salon) : 4 à 6 Wiki (partage de connaissance)

    **L'aventure Vidéo Femmes
    **Cette séance contribuera à enrichir l’histoire d’un collectif de réalisatrices féministes encore méconnues. Il s’agit du centre d’artistes, Vidéo Femmes, fondé en 1973 à Québec, par trois pionnières de la vidéo d’intervention sociale Hélène Roy, Helen Doyle et Nicole Giguère. Vidéo Femmes est à l’initiative d’une production d’environ 400 films et d’un grand réseau de distribution d’œuvres vidéographiques.

    Nous commencerons cet atelier par une présentation du collectif, en présence de plusieurs cinéastes. À travers différents témoignages et extraits de films, nous vous inviterons à découvrir la richesse de ce corpus protéiforme. Autour de thématiques liées au Mouvement de libération des femmes dans les années 1970, Vidéo Femmes est aujourd’hui une ressource incontournable pour documenter et compléter l’histoire du cinéma québécois.

    4 à 6 Wiki
    Après un après-midi de projections et discussions autour de Vidéo Femmes, nous vous invitons à un 4 à 6 complètement Wiki au bar-salon
    Ce mois-ci, nous troquons notre traditionnelle soirée Wiki mensuelle pour un 4 à 6 collaboratif et informel durant lequel nous nous concentrerons sur le partage des connaissances autour de Vidéo Femmes et des réalisatrices qui y sont associées. Ces petits moments Wiki vous permettent de participer au partage des connaissances et à la création d’un commun de savoir. Rejoignez cette communauté grandissante et partagez votre savoir avec le monde

    Formation et contribution libre aux projets Wikipédia, Wikidata et Wikimédia Commons.
    Tout le monde est bienvenu, que vous soyez simplement curieux d'en savoir plus sur les projets Wikimédia ou sur le cinéma, débutant ou contributeur averti, professionnel, étudiant ou amateur, passionné ou non de cinéma

    *Des ordinateurs seront disponibles sur place, mais il est conseillé d'apporter votre propre ordinateur

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

  • Tuesday 14 August 2018 - 10:19

    FlOpEDT

    Toutes celles et ceux qui ont travaillé dans un lycée ou une université savent à quel point la gestion des emplois du temps est un sac de nœuds. La personne responsable s’arrache les cheveux pour tenter de fabriquer quelque chose qui satisfasse tout le monde… et ne réussit jamais !

    Alors, avec quelques enseignants de l’IUT de Blagnac, on a développé FlOpEDT. C’est un logiciel libre qui génère les emplois du temps tout seul et permet aux utilisateurs de saisir leurs disponibilités et d’apporter des modifications en ligne et en toute autonomie.
    Toutes les briques de FlOpEDT sont libres, et lui‐même est en licence AGPL v3.

    Facile à utiliser et plein de liberté !

    Les utilisateurs se connectent et saisissent leurs préférences à l’aide d’une interface intuitive : un « sens interdit » pour les indisponibilités, une couleur explicite pour les préférences.
    Saisie des préférences

    Ensuite, l’emploi du temps est généré automatiquement en quelques minutes en respectant contraintes et préférences. L’emploi du temps est alors accessible à tous, et il est possible pour tout utilisateur de le modifier.
    Interface de modification

    Cette partie est celle qui étonne : on nous dit souvent que si tout le monde peut faire des modifications ce sera la pagaille. Notre expérience confirme l’inverse : cela génère du confort pour tout le monde, et tout le monde a à cœur de prendre soin de cette liberté nouvelle (pas de coups de fils à passer, pas de courriels gênés…). Évidemment, l’application empêche toute modification qui ne respecterait pas les règles fixées collectivement.

    FlOpEDT est aussi doté d’un outil de synchronisation avec iCal (pour les agendas en ligne), ainsi que d’un outil de synchronisation avec des bases de données extérieures.

    Plus précisément, FlOpEDT se divise en deux parties essentielles :

    • une application web, développée dans le cadriciel Django (Python 3), s’appuyant sur une base de données PostgreSQL ;
    • un outil de création de l’emploi du temps, qui passe par la définition d’un système d’équations linéaires (à l’aide de PuLP) et sa résolution.

    FlOpEDT n’en est qu’à sa version 0, et il n’est pour l’instant pas extrêmement générique : l’adaptation aux contours précis de votre établissement demanderait pour l’instant du travail. Mais ce temps investi permettrait d’en gagner ensuite beaucoup, et vous participeriez au développement d’un logiciel à terme utile à toutes et tous. Alors n’hésitez pas à nous contacter si vous voulez le tenter, votre proposition ne fera pas flop

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur